jeudi 24 septembre 2015

Rendez-vous






Vous êtes cerné. Tout ce que vous direz pourra être retenu contre vous. A partir de maintenant, 10h38, vous êtes en garde à vue. Vous avez le droit à l’avocat commis d’office. Vous avez plutôt intérêt à vous taire si on ne vous demande pas de parler. A ne pas cuper la pareule non plus.   

Jawohl. Elle aime Les Experts sur TF1, et aussi Le Mentalist. Elle kiffe carrément Un dîner presque parfait. Son attitude est conforme au profil que j’ai maté hier sur le Zéreau.

Vous avez pluteut intérêt à pas mentir. A accepter les soupirs de vos interfaces. Les soupirs des vies frustrées autour. Il n’y a pas de raison pour que vous ne soyez pas frustré vous zaussi. Veillez à baisser la tête. A ne pas dépasser la heuteur requise. A curber l’échine. Quelles sont veus prétentions salariales ?

Il y a longtemps que j’en ai plus, des prétentions salariales. Un SMIC…

On ne demande pas un SMIC. Vous n’êtes pas à la heuteur. Et puis, ce n’est pas comme ça qu’on fait un CV voyons ! Il ne feut pas mettre les mois. Il ne feut pas mettre de pheuteu. Il ne feut pas mettre veutre nom. Ni veus dipleumes en premier. On commence par les zexpériences preufessionnelles. Vous allez me refaire ce CV et me l’envoyer.

La petite nana BTS Action Co est en forme.
Sur sa page Facebook, j’ai vu ses enfants, son mec, ses parents, ses copines, j’ai vu qu’elle aime les glaces à la fraise, Candy Crush, Pet Society, la zumba, Louboutin et PETA, qu’elle a fait son BTS à Paris, qu’elle est allée cette année en vacances dans un hôtel aux canaries, qu’ils ont mangé des gambas un soir, qu’elle kiffe ses selfies en noir et blanc surtout, qu’elle trouve ses copines trop belles et leurs enfants trop miiignooons. Et aussi qu’elle a 28 ans, né le 25 février 1987 au Havre. Qu’elle aime au moins un livre de Marc Lévy. Que sa situation de couple est compliquée. Tu m’étonnes.

Oui, mais tout ce qu’on vous dit, vous ne le faites pas, comment voulez-vous ? Ce n’est pas comme ça que ça marche :  y a des règles. Vous n’êtes pas zassez soumis. Rasez-vous au moins. Et mettez une chemise preupe. Un jean correc.

Elle a des traits style Amy Winehouse autour des yeux. La femme fatale et son futal couleur moutarde. La Kim Kardashian des agences d’interim.

La vraie question, c’est : pourquoi n’avez-vous pas de travail ? Parce que vous êtes coupable. Coupable de mettre de la meuvaise veulonté alors que ce que l’on vous demande, ce n’est pas la mer à bouare, c’est juste de mettre une cravate, non, c’est pas des œillères, et d’être un minimum veulontaire. Souriant. D’avoir une expérience aussi. Non, vous ne pouvez pas postuler à du travail sans expérience. C’est la base. Personne n’embeuche jamais de débutants, on n’a pas le temps.
En seumme, vous êtes coupable de votre chômage.

Je sais qu’elle a un tatouage sur la cheville : un tribal. Et des petits seins – un 85B grosso modo - qu’on peut voir dans un maillot de bain noir deux pièces sur la plage de Ténérife cet été. Elle a pris une photo de ses pieds bronzés aux ongles rouge-carmin dans ses tongs sur le sable. Partagée avec son compte Instagram. Elle ressemble à la majorité des nanas, habillées pareilles, avec les mêmes sourires, les mêmes regards sur les photos, le même maquillage smoky eyes, les mêmes poses duck face, mutine, coquine, regard en dessous et les mêmes lol à tout bout de champ. C’est complètement con ce qu’elle me dit.

Vous avez veus diplômes ? Ce sont des pheuteucueupies ? Non ? C’est à moi de les faire ?
Si vous voulez mon avis Monsieur, c’est encore une feute. Une feute de goût. Une feute de ce que vous voulez, mais encore une fois, on voit que vous n’êtes pas veulontaire. Renseignez-vous, pour les gens comme vous, il y a des organismes qui prêtent de l’argent.

Je me demande si pour les gens comme elle le mépris est gage d’intégration.

Je reviens. Remplissez les trois formulaires pendant ce temps-là. Oui, chaque case.

J’écris une nouvelle fois mon nom, prénom, adresse, formation, expériences, maîtrise des logiciels sur les trois feuilles photocopiées qu’elle a laissées devant moi. Le bureau est impersonnel et froid. Rien aux murs. Une pièce vide avec au centre une table ronde en stratifié et quatre chaises rouge. Une moquette grise.
A l’accueil en arrivant, j’avais compris Salmonelle. Ils m’avaient dit salle Monet.  
Maintenant seul devant mes cases à remplir, c’était plutôt dans le salon du refusé que j’avais échoué. Pourtant c’était elle donc c’était eux qui m’avaient appelé à la suite d’une réponse que j’avais envoyée pour une offre d’emploi sur le net.
Machine ne s’était même pas donnée la peine d’en parler. Et, pressé de partir, j’oublierai in fine de l’évoquer.

Alors vous avez fait ce que je vous ai demandé ? Bien…
Ah non ! Vous n’avez signé qu’un feurmulaire sur les trois que je vous ai donnés. Trouver du travail, ce n’est pas rester les mains dans les poches et attendre que tout arrive tout cuit dans la bouche. C’est aller de l’avant. Ouvrir les zyeux. Mon peuvre, arrêtez de mettre de la meuvaise volonté et arrêtez de vous plaindre. Vous êtes reteurs. Vous avez meuvais esprit. Rentrez dans le rang bon sang ! Et une fois que vous eurez fait le nouveau CV, inscrivez-vous sur Linkedln, Viadeo, Indeed, Apec, Nordjob, Meteojob, Monster etKeljob.com !

Elle me déprime la jeune. Et me stresse. Je vois qu’elle a une alliance. Je me souviens qu’elle a liké la page de Cinquante Nuances de Grey. Et qu’elle en a marre de tous ces gros relous qui ne veulent qu’une chose alors qu’on n’est pas des animaux a-t-elle posté une fois sur son mur. Elle met aussi de temps en temps des citations de Guillaume Musso. Je crois qu’elle a des prétentions d’écri-vaine, non en fait, je n’en sais rien.   

Si vous faites ça, on pourra peut-être, même sûrement, vous trouver un petit contrat, sans prétention, d’employé de base, on a beucoup de petits contrats comme ça. Par contre, pas avant six mois au moins.

Je suis ressorti, perplexe, prêt à aller boire une pression ou un truc plus fort, un Talisker ou un Trois-Rivières puis finalement, après deux bonnes barres de Red Astaire 12mg sur ma vapoteuse, je suis rentré et j’ai allumé le pc, ouvert Word et roulé un joint.
J’avais un texte à finir pour une revue. Il ne me restait que deux jours.
Et c’était beaucoup plus sérieux que tout ce que je venais d’entendre.



1 commentaire:

  1. J'ai cru, non j'ai espéré qu'elle allait se faire tuer à la fin, ou un peu après la fin, ça m'aurai fait plaisir et ça m'aurai fait du bien, ou, à défaut de se faire tuer, se prendre une bonne raclée, à l'ancienne, comme un casse les genoux des mauvais payeur, j'ai espéré un flashback qui nous apprend qu'un autre chômeur, moi, lui, elle, lui aurai cassé la gueule expliquant sa mauvaise prononciation. Mais non, pas grave, tant mieux, l'essentiel c'est que j'ai été impliqué dans ma lecture.

    RépondreSupprimer