samedi 27 mai 2017

Chloé radioactive




C'est l'horreur. L'horreur dans toute sa laideur. C'est ta vie. Étriquée. Ta petite vie code-barre à la con. C'est l'horreur quotidienne. La petite douchette. Ta vie de salariée. Le quotidien béant qui ne donne aucun frisson. Ce boulot qui te fait chier mais que tu n’arriverais pas à quitter. C’est surtout ça l’horreur. La frustration. 

Tu viens de rentrer à trente kilomètres heure. Sans un mot. Tu n’as pas répondu au téléphone qui sonnait. C’était Isa. Et puis Chiara.
Il fait sombre mais tu n’allumes rien d’autre que ton pc. La musique. Ouvre la porte-fenêtre. Canapé. Un journal traîne sur la table basse. Les racines des nuages tremblent dans la télé éteinte. Tu grindes de la weed. 
Je suis peut-être une machine.
Une putain de machine. Une putain-machine. Une machine à bas résille tendu sur des composants.
Je suis peut-être un animal.
Je suis sûr que je suis en cage.
Je vais dans la barre des favoris et clique sur le site.
Nous sommes une agence.
Des professionnels. Vous pouvez commencer dès la semaine prochaine.
Les modalités sont simplifiées, on fait moitié/ moitié sur tous tes gains.

https://www.youtube.com/watch?v=cwI0gbGEyuI&index=15&list=LLGz9XXuWYft7ARrnsWZ6weA

All that she wants. J’ai pas envie de savoir s'il manque quelque chose ou pas. Un mec. Des gosses. Non. Que l'heure tourne c'est plus trop mon problème. J’en suis là où j’en suis. Faut que j’avance. Je survis tu comprends, il y a un moment où tu vois je reste dans mes nuages, mes rêves et je marche seule le soir pendant des heures, la nuit quand tout le monde dort, quand tout est fini.
Inadaptée à ta société, à ta télé, à tes émissions, à tes vacances, à tes cafés gourmands, à tes crédits, à ta maison, à ton canapé, à ta machine à laver, à tes voitures, à ton souffle, à ton haleine, à ta submersion, à ta peau ridée, à ta mère. Inadaptée à ton monde. Tes préoccupations. Tes séries. Tes dégustations de vin. Tes vacances en Grèce. En Guadeloupe. Et à Saint-Martin.
La connaissance donne de la responsabilité. Je sais qu’il faut boire avec modération. Je sais je sais. Que c’est mieux de vaper que de fumer. Oui. Qu’il faut avoir un travail pour espérer s’en tirer un minimum. Qu’il faut se poser à un moment, fonder une famille et tout ça. Mais ce n’est pas moi ça.
Je fais mon truc tu vois dans des gants de velours. Mais faut que j’avance.
Vous souhaitez exercer le métier d’Escort ? Quel est votre pseudo ? Age, taille, poids, mensurations. Tous demandent des photos. Parcourir les fichiers. Envoyer.
Un joint fume dans le cendrier, j'en porte un autre à ma bouche. J'écoute une saloperie d'EDM. Je ne sais pas quoi faire et à la fois l’envie de rien faire. Je tourne. Je fume à mort. Je sniffe un peu. Je range l'appart. J'ouvre la fenêtre, regarde l'horizon au-dessus des torchères.
Il me faudrait de l’aventure.

Deux jours plus tard, je reçois un mail. 
Au bout du fil, l’homme a un fort accent russe.
Tu viens avec moi en Grèce, Chloé ?
Je vais te expliquer comment ça marche.
Je peux te trouver beaucoup clients.
Je ne sais pas quoi dire.
Je te peux laisser 24 heures.
Je bredouille. Des remerciements.
Mais avant, on va rencontrer.  Quelque part. Demain.
Ok.
Je te envoie l’adresse sur gsm.

Ta vie est radioactive.
Faites-vous aider pour arrêter de fumer.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire